Buffalo Boy

Théâtre d’acteur, de marionnettes et musique

TP dès 8 ans

Création prévue à l’automne 2018

Le spectacle est coproduit par le CRéAM et sera présenté sur le Festival RéciDives 2019 à Dives-sur-Mer.

Le projet

Buffalo boy c’est…
un western mythologique en marionnette.
Un western comme on remonte le temps.
Soudain ne plus lire de gauche à droite ou de jardin à cour mais chevaucher d’est en ouest, comme on
chevauche dans les labyrinthes de la mémoire, comme on chevauche d’une époque à l’autre.
Un western comme une tentative de remonter le cour d’une rivière sans retour, pour atteindre à nouveau
les grandes prairies de l’enfance, revenir à ce moment de préhistoire où rien n’est encore définitivement
gravé dans le marbre des statues érigées à sa propre histoire.
Un western pour se plonger dans ce temps où les indiens sont encore bien vivants et lisent les réponses
dans le vent, où pour une poignée de dollars on a son lot de carambars et pour quelques dollars de plus
on se rachète une conduite ou une carabine.
Un western pour jouer dans cette époque qui s’apprête à céder la place à une autre, souvent sous la
menace d’un six coups et où l’air de rien dans l’air du temps, s’entremêlent jusqu’à se perdre en fumées
justice, morale et fraternité frelatées. Mais déjà les plaines où paissent en paix les buffalos cèdent peu à
peu la place aux terres arides et violentes de l’adolescence où dans la poussière se rejouent sans fin les
combats intérieurs entre cow-boys et indiens, entre « héros » de la civilisation et enfants sauvages du
monde.
Buffalo boy c’est…
la tentative de réinventer la route des steppes sacrées, retrouver son chemin dans le labyrinthe du temps
qui passe et amasse en nous tant de personnages paradoxaux. La tentative de faire danser les fantômes
de l’enfance et les esprits animaux, rejouer les duels primordiaux dans lesquels se croisent le Général
Custer et Crazy horse, Buffalo Bill et Sitting Bull…
Buffalo boy c’est…
la quête d’un enfant minotaure pour retrouver son chemin dans le labyrinthe du monde de raison qui se
construit autour de lui…
Gabriel Hermand-Priquet

optimized-visuel-buffalo-boy-lateuchus

Sur scène

Un minotaure enfant assis sur un pilier, vestige le plus haut d’une architecture de bois disparue.
Peu à peu, au pied du pilier, dans des boites adossées contre d’autres piliers plus petits, apparaitront les
personnages qui peuplent encore le cimetière de sa mémoire, un général tueur de bison, un sage indien,
un indien fou, une femme-cheval…
Trois hommes en chapeaux se tiennent sur une diagonale de cour à jardin, dans la pénombre : un joueur
de flûte, un conteur d’histoires, un montreur de marionnettes. Ce sont eux qui font le show, en mots en
sons et en mouvements, comme dans un théâtre de Bunraku réduit à sa plus rudimentaire expression où
chacun pourrait seconder les autres ou jouer leur rôle. Ce sont eux qui animeront et accompagneront la
quête de l’enfant-minotaure pour trouver un chemin à travers le labyrinthe de ses souvenirs dans lequel le
temps qui passe et la raison qui sonne l’ont enfermé.

 

La compagnie

La Cie L’Ateuchus, dont Gabriel Hermand-Priquet (diplômé de l’ESNAM de Charleville-Mézières en 2003) et Virginie Schell assurent la direction artistique, est née en 2003 de la volonté de questionner et d’expérimenter la transversalité des pratiques artistiques qui se croisent dans le champ de la marionnette, d’en trouver les zones de rencontre et de les mettre en mouvement.

La recherche d’une écriture contemporaine du théâtre de marionnette est l’un de ses moteurs.

Ce travail s’est illustré avec des spectacles tels que L’Avorton Volant et Prélude à la fuite tous deux co-pro­duits par le TJP, CDN de Strasbourg. Avec les spectacles de marionnette à gaine chinoise No Rose… et Duels, jouant des traditions, des conventions et des clichés de la marionnette, L’Ateuchus a approfondi sa réflexion en questionnant un ancrage d’une écriture contemporaine dans le terreau des traditions.

En parallèle, L’Ateuchus, tend à formuler depuis ses origines une pédagogie autour de la relation marion­nette/marionnettiste que l’on pourrait synthétiser par une exploration des différents statuts du corps, de l’objet et des relations qu’ils induisent. Ce travail se développe sous formes de stage et d’interventions, dans le cadre de collaborations avec diverses structures, notamment l’éducation nationale, l’orga­nisme franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), le théâtre de la Cité internationale (Paris), l’Institut Inter­national de la Marionnette (Charleville-Mézières).

Durant trois ans, L’Ateuchus a mené une résidence d’artiste et de médiation culturelle au sein du Ly­cée Armand Malaise en partenariat avec l’Institut International de la Marionnette, la Drac Champagne-Ardenne et le Rectorat de l’Académie de Reims. Le court-métrage Je est un autre, cet autre est objet de je(u), a été produit et réalisé par la compagnie au cours de cette résidence.

Parallèlement, la recherche que poursuit L’Ateuchus l’amène à collaborer régulièrement avec d’autres com­pagnies telles que Les Transformateurs, les Trois-Huit, la Cie Pseudonymo, le Théâtre Nouvelle Génération.

Depuis 2011, L’Ateuchus porte en collaboration avec la ville de Pélussin le projet La BatYsse, lieu dédié aux Arts de la Marionnette dans la Maison Gaston Baty qui reçoit le soutien de la Drac Rhône-Alpes, la Région Rhône-Alpes, le Conseil Départemental de la Loire et est en convention triennale avec l’Institut International de la Marionnette.

Pour en savoir plus : http://labatysse.wixsite.com/la-batysse

Partenaires

le TJP-CDN de Strasbourg, le TNG-CDN de Lyon,
l’Institut International de la Marionnette, le CRéAM de Dives-sur-Mer.

 

Rencontre avec le public : mercredi 15 mars 19h

Le CRéAM vous invite à rencontrer l’équipe artistique pour parler de ce projet de création et partager un apéritif.

Accessible à tous en entrée libre dans la limite des places disponibles

Au CRéAM, avenue Albert 1er à Dives-sur-Mer

 

A voir aussi : l’Exposition « Un Guignol ligérien » du 18 au 31 mars 2017 à la médiathèque Jacques Prévert de Dives-sur-Mer

 

Nos partenaires