Cake et Madeleine

Petite forme autour de parents disparus et des objets qui sont restés

Durée prévue 35 min

TP dès 8 ans

Ce spectacle est coproduit par le CRéAM et sera créé le 13 juillet 2017 sur le Festival RéciDives à Dives-sur-Mer.

Le projet

Cake et Madeleine c’est l’histoire d’une famille où les hommes ont disparu.

Ça raconte comment les hommes ont disparu.

Ça aimerait dire pourquoi mais… bon.

Cake et Madeleine aimerait être une histoire drôle.

Ça tente d’être drôle mais ça a des accents mélancoliques.

Cake et Madeleine ce sont les gâteaux préférés de papa et de grand-papa.

Ça parle de ça. Ça parle aussi de la guerre, des dimanches, de cartes postales, de la vie en montagne et d’errances maritimes, d’évanouissement, de sirènes, de descendances, de petits (et longs) moments d’attente, de traverser tous les pays du monde sans réussir à partir d’ici.

Ça parle de tout ça.

Cake et Madeleine est une histoire pleine événements sans surprises.

Le tout saisi dans une réalité toute simple.

Ça parle de tous ces objets qu’on garde pour se rappeler.

C’est ce que tu mettrais dans ta valise si tu devais partir dans à peine trente-cinq minutes.

Cake et Madeleine c’est un spectacle où le temps passe lentement.

Mais où les années s’enchaînent sans qu’on voie les enfants grandir.

 

Au départ

Metteur en scène et marionnettiste au sein du Théâtre de la Camelote de 2002 à 2012, j’ai développé de nombreuses formes spectaculaires où se mèlent marionnette, objet et jeu d’acteur. En paralelle à cette vie de compagnie, j’ai participé en 2009 à un stage dirigé par Christian Charignon et Cathy Deville du Théâtre de Cuisine. Depuis cette langue mêlant conte et objet ne m’a plus quitté !
En 2013, je participe à un laboratoire de recherche autour du théâtre d’objet documentaire, mené par Harry Holtzman (Cie Bande Passante), dans le cadre du Festival Récidives à Dives Sur Mer. Un temps de rencontres et d’expérimentations autour de ce qui fait documentaire et de la manière de jouer avec des objets, des images, des histoires…
En fin de laboratoire, je présente une forme de 9 minutes, racontant la vie d’un père disparu, à travers une série de carte postales au moment du «cake dominical». Un forme faussement documentaire où j’incarne le fils délaissé.
En 2014, pour Hors Lits (formes courtes en appartement), je reprends ces 9 minutes qui en deviennent 20.
11 minutes supplémentaires pour raconter la vie d’un grand-père, imaginaire, lui aussi disparu. De là naît l’envie de sortir de l’expérimentation, de l’impromptu pour développer l’histoire, lui donner des reliefs, explorer un peu plus l’ironie, la mélancolie de ces histoires d’hommes absents.

Rencontre avec le public : mercredi 10 mai 19h

Le CRéAM vous invite à rencontrer l’équipe artistique pour parler de ce projet de création et partager un apéritif.

Accessible à tous en entrée libre dans la limite des places disponibles

Au CRéAM, avenue Albert 1er à Dives-sur-Mer

 

Nos partenaires