Cie Nomorpa (Angers)

Pour une jauge de 60 spectateurs

Créé par Sidonie Brunellière, direction artistique, mise en scène et jeu, Stéphanie Greslier, jeu, Elisabeth Hérault, musique, accompagnées de Morwenna Prigent, au regard extérieur, Mélanie Leduc, création des objets plastiques, Jacques-Alexis Marcon, création des décors, Isabelle Ardouin, création lumière.

Création prévue en février 2014.

Le spectacle sera présenté pendant les Récidives, festival de marionnettes et de formes animées, à Dives-sur-Mer en juillet 2014.

Ouverture de résidence publique, en entrée libre dans la limite des places disponibles, le mercredi 4 décembre à 18h30.

Dans le fond, de quoi ça parle?

« Toute l’idée du spectacle tourne autour de la relation entre deux personnages, ce qu’il vont faire ensemble mais aussi dans leur relation avec un objet, un« éléctrophone ». Les petits enfants n’en ont pour la plupart jamais vu et ont donc un regard neuf sur ce qu’est cet objet et à quoi il sert. Cela nous permettra de le détourner très facilement de ses fonctions premières et d’en faire un « objet à jouer ». Les deux filles découvriront ensemble ce qu’ est cet objet, et vont l’explorer sous toutes ses coutures. Elles ne seront pas toujours d’accord sur la manière de le faire et sur qui devra le faire. Elles vont répéter des gestes des attitudes, des mimiques et dialoguer entre elles et avec l’objet..Elles vont s’appliquer avec chaque partie de l’objet, pour découvrir ensuite à quoi il sert mais pour finalement l’utiliser tout autrement.

L’ éléctrophone est surtout un prétexte pour parler de là d’où on vient, vers quoi on va, de ce qui nous constitue, ce qui nous nourrit, ce qui nous fait grandir, ce dont nous sommes faits et comment nous pouvons l’utiliser pour évoluer. On s’en servira pour parler du mystère de la vie. A travers l’idée de la roue qui tourne et qui chante, nous explorerons en fait les cycles de la vie».

Intention

« J’aime explorer différentes sortes de langages, et par dessus tout, celui «qui ne se dit pas avec des mots», celui que l’on communique par des images, des sensations, qui est non explicite, onirique. Il m’intéresse de rentrer en contact avec de très jeunes enfants, à l’âge où ils ne font pas encore la différence entre rêve et réalité. J’aime explorer le champ des quiproquos, des malentendus et les langages plastiques permettent plusieurs interprétations possibles et à l’âge où l’on ne parle pas.C’est une forme de communication qui ouvre un dialogue intergénérationnel.C’est aussi une manière pour moi de continuer à explorer des champs plastiques (exploration de formes, d’ ombres, de lumières) ou corporels (exploration de rythmes, d’ attitudes). »

 

Vous vous en souvenez?

La Cie Nomorpa a été accueillie sur le festival organisé par le CRéAM à Dives-sur-Mer en juillet 2012 avec 2 spectacles : « On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre », entresort en caravane pour adultes et « Le nez » spectacle jeune public visuel et musical en salle.

 

Contact :

Cie Nomorpa – la Fontaine Du Mont 49610 Mûrs-Erigné
06 52 50 01 46 / nomorpa@yahoo.fr
www.nomorpa.com
sur facebook: «nomorpathéâtre»

Nos partenaires