Maëlle Le Gall

Spectacle pour trois comédiens et une marionnette.

Adaptation libre du mythe d’Erisychton
Les Métamorphoses, Ovide.

  • Marionnette et mise en scène : Maëlle Le Gall
  • Jeu : Glenn Cloarec, Romain Landat, Vitalia Samuilova
  • Lumière : Arthur Gueydan
  • Costumes : Marine Roussel
  • Accompagnement et soutien : Sylvie Baillon et Anna Ivanova – Brashinskaya

Création prévue en février 2014.

Ouverture de résidence publique, en entrée libre dans la limite des places disponibles, le jeudi 7 novembre à 18h30.

La metteur en scène

Maëlle Le Gall a étudié au département marionnette de l’Ecole d’Art de Turku en Finlande. Au terme de ses quatre années d’études, et dans le cadre de son diplôme, elle commence à diriger un projet de création. Partant du constat de l’enrichissement que procurait l’environnement interculturel dans lequel elle a évolué au sein de cette école à vocation européenne, et de l’intérêt que cela présente dans la construction d’un vocabulaire artistique, elle a souhaité construire ce projet avec de jeunes artistes issus d’autres écoles d’Arts en Europe et a associé à son projet, en plus de complices de son école (Vitalia Samuilova, Sini), Romain Landat, issu de la 8ème promotion de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières et Glenn Cloarec formé à l’école internationale de théâtre LASSAAD à Bruxelles.
Le projet fut d’abord une forme courte de 30 minutes mais est en phase, grâce à cette reprise de devenir une forme plus longue.

Résumé

La tête du roi est un spectacle de théâtre visuel d’une demi heure, destiné aux adultes, une fable cruelle sans paroles ou peu, mettant en jeu trois comédiens marionnettistes et une marionnette taille humaine. Le projet est inspiré du mythe d’Ovide, conte de la revanche des Dieux qui condamnent le roi Erysichton à une faim insatiable pour avoir abattu un arbre sacré et dévasté une partie de son pays. Plus il mange, se remplit, plus la faim grandit. Fou de douleur, après avoir sacrifié jusqu’à sa fille, il se tourne contre son propre corps et entreprend de le diminuer. La figure centrale à la fois puissante et misérable est celle d’un homme de pouvoir détruit par la faim.

Genèse du projet

Voici en quelques mots ce qu’Ovide raconte à propos de ce roi imbus de pouvoir qu’est Erisychton : Comme il ne respectait rien pas même les Dieux, Erisychton abat un arbre protégé par Déméter la déesse de la terre. La faim lui est envoyée comme châtiment, une faim insatiable qui va venir se loger au fond de ses entrailles. Le roi prisonnier de son mal avale tout ce qui se trouve dans son royaume et l’on dépeuple pour lui les airs, les forêts et les mers. Mais rien ne peut combler le gouffre qui l’habite et fou de douleur il finit par s’en prendre à son propre corps. Il se dévore. Tout de suite des questions s’imposent :
Que se passe-t-il lorsque ce roi abusif meurt? Qui lui succède? L’homme qui s’assoit sur le trône est -il condamné à subir le même sort que son prédécesseur? Est-ce inévitable?

Synopsis

La pièce se situe à la fin du récit d’Ovide.
Le pays est totalement dévasté. La faim règne. « Un estomac vide n’a jamais empêché personne de garder la tête haute» clame le secrétaire terrorisé. Trois serviteurs se plient docilement aux exigences de ce roi délirant et frustré qui croit pouvoir décider de la pluie et du beau temps. Mais la réalité est bien plus puissante : il n’y a plus rien à manger et même dans le palais royal où ils sont enfermés il faut trouver un moyen de survivre. Subitement le roi meurt laissant ses trois fidèles désemparés. Que sont -ils sans lui? Ils se trouvent prisonniers d’une situation crise : le roi est mort et leur survie est désormais compromise. Pris de panique puis de folie ils cherchent à retrouver un fonctionnement familier mais le siège vide les met mal à l’aise. L’un d’eux s’impose comme un nouveau dirigeant fantoche et ils tentent de reprendre leurs activités. Mais l’ivresse du pouvoir transforme petit à petit l’homme en une bête sauvage. C’est dans un décor épuré, enfermé dans un carré blanc tracé au sol que les trois comédiens et la marionnette vont se frotter aux jeux du pouvoir.

Mot de la metteur en scène

La tête du Roi a été créé dans le cadre de mon projet de fin d’étude à l’école de la Marionnette de Turku en Finlande. Nous nous sommes réunis pour un processus de création intensif au cours de l’hiver 2012 à l’Elaboratoire de Rennes puis au Tas de Sable à Amiens. Le spectacle a ensuite voyagé jusqu’en Finlande pour y être présenté lors du festival Fanatik Figuras 2012 qui clôture quatre années d’études dédiées aux arts de la marionnette. Après cette expérience il me semble indispensable de finir ce spectacle et d’en faire une forme longue de 50 minutes. Le travail s’articulera autour de 4 résidences de création.

 

Contact :
Maëlle Le Gall
legallmaelle@hotmail.fr

Nos partenaires