« Aman’ Aman' » Cie Tête dans le sac (Genève)

En ce début de saison, le CRéAM soutient financièrement 3 projets de création hors des résidences qu’il organise, par des apports en coproduction.

Projet marionnettique et musical
Périple cocasse parcourant les cultures et chants populaires d’Orient et d’Occident

Création mai 2016 au TMG, Théâtre des Marionnettes de Genève, et préachat pour la 31e édition de RéciDives, festival de marionnettes et de formes animées, de Dives-sur-Mer, le 15 juillet 2016.

Le projet

Pour cette création tout public / jeune public (8 – 12 ans), la Cie Tête dans le sac – marionnettes, basée à Genève, va poursuivre le chemin initié lors de sa précédente création adulte « La nuit finira-t-elle un jour ? », continuant d’explorer les frontières entre orient et occident par le biais de la musique. A travers l’histoire d’un musicien et de son ami l’oiseau, notre public découvrira les musiques du bassin méditerranéen. Leur histoire simple sera ponctuée d’événements scéniques faisant appel aux registres documentaire et musical. Musiciens et marionnettes, engagés ensemble sur le plateau, rempliront de vie et de musique un castelet modulable permettant un voyage à travers une multitude d’espaces. Nos marionnettes interpréteront cette histoire d’amitié, de séparation et de rencontres musicales, abordant par ce biais des thèmes majeurs contemporains : l’exil et les migrations. Bien que ces thèmes puissent être délicats à aborder, nous savons que la naïveté, l’humour et la poésie propres à nos marionnettes nous permettront de proposer une œuvre originale où les émotions profondes pourront être mises à distance par le rire, la musique et des contenus ethnomusicologiques.

Note d’intention

Musique et Migrations, un métissage créatif
Les exils entraînent dans leurs déplacements ce que les hommes peuvent
emporter. La musique et les chansons, porteuses de mémoire et expression
de vie, continuent d’être et de se transformer là où se déplacent les exilés.
Dans cette époque de crispations identitaires, nous voulons rappeler que
nos héritages culturels partagés sont le fruit de ces fluctuations.
« Très souvent utilisée comme justification ou comme prétexte pour exécuter d’innombrables crimes, l’identité devrait être redéfinie en relation avec tout ce qui est universel, avec tout ce qui nous traverse, nous sculpte, s’inscrit en nous, en chacun de nous. Ainsi l’identité ne serait plus l’affirmation d’une frontière, d’une cuirasse, d’une forteresse, d’un dedans ou d’un dehors. Identité signifierait identifier le mouvement ininterrompu du monde en moi, en toi, en lui, en elle, en ça, en
cela, en vous, en nous, en eux. Identité signifierait dialogue, transfert, connaissance et découverte de l’autre en moi et de moi même en l’autre, par la conjugaison vivante et collective de tous les verbes qui sont et à venir.»
(Ma voix nomade, Jorge lopez Palacio, Blasco, 1998)
A notre époque, où les mouvements migratoires s’intensifient et divisent le monde, entre Nord et Sud, Est et Ouest, Orient et Occident, il nous paraît fondamental d’aborder le sujet de la migration avec la jeune génération, et de rappeler qu’elle est profondément liée à l’histoire de l’humanité, que nous sommes nous mêmes le produit de nombreuses migrations, humaines et culturelles. Il nous paraît particulièrement intéressant d’aborder ce sujet à travers l’histoire des migrations musicales en ce qu’elles proposent un point de vue porteur d’espoirs sur la capacité humaine au métissage pacifique et créatif. La musique est un domaine où les particularismes culturels peuvent s’exprimer sans conflit. D’avoir un jour été ému par un chant d’origine lointaine, même sans en comprendre les paroles ou d’avoir été entraîné par un rythme venu d’ailleurs, de telles expériences nous amènent à prendre conscience de l’unité de la nature humaine, une unité qui ne s’oppose pas à sa diversité mais qui s’en nourrit. Il ne s’agit pas de tolérer l’autre malgré sa différence mais de l’accepter dans sa différence car elle a quelque chose à nous apprendre sur nous mêmes. Là réside l’un des plus grands défis que nous impose le monde contemporain.

Distribution

  • Conception : Cécile Chevalier et Franck Fedele
  • Auteur : Cécile Chevalier et Franck Fedele avec la collaboration d’Adeline Rosenstein
  • Création des marionnettes : Cécile Chevalier avec la collaboration de Franck Fedele
  • Compositeur : Géraldine Schenkel, Fred Commenchal et Pascal Demonsant
  • Lumière : Flore Marvaud
  • Aide à la mise en scène : Laurent Frattale et Cordlia Loup
  • Interprétation : Cécile Chevalier et Franck Fedele
  • Musiciens : Géraldine Schenkel, Fred Commenchal et Pascal Demonsant

Partenaires

Création de la Cie Tête dans le sac-marionnettes (Suisse) en coproduction avec le TMG.
Avec le soutien de la Ville et de l’Etat de Genève, du Fond culturel de la société suisses des auteurs (SSA), de la Loterie Romande et du CRéAM de Normandie.

 

Nos partenaires