« Lulu » Compagnie La mandale (Toulouse)

Spectacle pour comédiens, marionnettes et vidéos

Distribution :

  • Interprétation et Manipulation : Laure Boutaud, Silvia Di Placido, Marion Legourrierec
  • Écriture et mise en scène : Hugo Quérouil
  • Création vidéo : Semahi Rachid
  • Accompagnement vidéo : le Proyectarium
  • Création Marionnette et graphisme : Mélanie Bouychou
  • Scénographie : Sébastien Friscia, Hugo Quérouil
  • Création Sonore et Musicale : Valentin Duhamel
  • Régie, Création Lumière : Nicolas Marty, Jérémie Alexandre

Le projet :

Tout d’abord il y a ce personnage de Lulu. L’image du mythe façonné par Wedekind, Berg, Pabst et Cacharel nous laisse un gout de drame, de résignation face au sort que le destin réserve aux femmes « hors normes ». Pour nous réapproprier le personnage nous remontons à son origine : une pantomime de 1889 écrite par Champsaur dans laquelle Lulu perd son cœur.

Ce qui nous interpelle c’est la perte du cœur, que l’on ne peut se résoudre à simplifier cœur/ symbole de l’amour, non pour nous il s’agit bel et bien de l’organe vital. Ainsi Lulu nous plaît car elle lutte, elle lutte pour être en vie, elle lutte pour être. Lulu se trouve dans l’urgence de (re)conquérir le verbe être, son identité, et ce sous peine de mort. Elle se débat pour exister. Et c’est ce qui nous intéresse, Lulu lutte pour mais elle lutte contre aussi, contre les clichés que comme tout un chacun elle porte et véhicule en elle et malgré elle.

Au plateau, la ville de Paris (en tant qu’entité qui dépasse l’individu, la représentante de la société avec ses règles, ses desseins, ses attentes) est évoquée par une multitude de cubes blanc modulables à souhait pour former diverses architectures. Ils servent d’espace de projection permettant de jouer sur les apparences de l’environnement, conditionnant et influençant les rapports entre Lulu et les Autres. Au milieu de cet environnement caméléon les trois comédiennes nous racontent l’histoire tragique de cette femme qui refuse de se laisser mourir. Et pendant que Lulu cherche son cœur elles cherchent les traits que pourrait prendre cette héroïne. Pour sortir de l’image d’Épinal, de ces a priori qui cristallisent certains clichés.

Rencontre avec le public mercredi 6 avril à 18h30

Le CRéAM vous invite à rencontrer les artistes pour parler de ce projet de création et partager un apéritif.

Accessible à tous en entrée libre dans la limite des places disponibles

Au CRéAM, avenue Albert 1er à Dives-sur-Mer

Soutiens et accueil en résidence :

  • Espace Culturel de Ferrals les Corbieres
  • CRéAM Dives-sur-Mer
  • Théâtre des 3 ponts Castelnaudary
  • Région Languedoc Roussillon
  • Conseil Départemental de l’Aude

Compagnonnage : ODRADEK
Co-réalisation : Mix’Art Myrys Toulouse

Création automne 2016 : ODRADEK, Mix’Art Myrys

 

 

Nos partenaires