Les frères Pablof (Rennes)

Après trois jours d’école le petit Poucet m’a dit déçu : « y a des grands, ils m’ont dit que j’étais petit ! »

Pour une jauge de 70 à 100 spectateurs

Créé par Stéphane Rouxel, musique et jeu, Raoul Pourcelle, image et jeu, accompagnés de Jean Louis Ouvrard au regard extérieur.

Création prévue le 8 février 2014 à Laval.

Le spectacle sera présenté pendant les Récidives, festival de marionnettes et de formes animées, à Dives-sur-Mer en juillet 2014.

Ouverture de résidence publique, en entrée libre dans la limite des places disponibles, le mercredi 16 octobre à 18h30.

 

Documentaire au théâtre
ou comment glisser le réel dans l’épique

Chausser un point de vue, des lunettes de myopes ou de presbytes, des lunettes en relief, une lunette panoramique et regarder ses pieds. C’est déjà une démarche documentaire, c’est soumettre « la réalité » à « la subjectivité ».

Ces derniers temps, nous avons passé un peu de temps dans la cour de récréation. Pour y saisir ce qui s’y joue, ce qui s’y dit, ce qui s’y frotte, ce qui s’y pique, ce qui s’y éprouve, ce qui s’y embrasse, ce qui s’y déteste… Poser sur le nez d’un enfant les lunettes de l’ogre, qu’il puisse voir ses pieds chaussés des bottes de sept lieues et le laisser dire comment il est grand, saisir son trouble et enregistrer l’entretien. Par cette « captation » du réel, la démarche d’écriture s’apparente à celle du cinéma documentaire.
Le théâtre est affaire d’illusion, rien à voir avec le documentaire. La réalité au théâtre c’est la lampe de projo qui éclate pendant la séance, le siège 18J du troisième rang qui couine, le plateau qui grince sous les pieds des acteurs… Le théâtre nous fait oublier le théâtre, tout ce qui se passe sur scène participe à l’illusion. Le public n’est pas dupe, il vient pour y croire.
Et voilà le pied de nez, accoler « documentaire » à « théâtre », faire intervenir sur le lieu de l’illusion des objets, des sons, des témoignages qui nous semblent plus réels parce qu’ils nous sont plus familiers, parce qu’ils appartiennent à notre réalité quotidienne, hors du théâtre. Il s’agit donc de produire des effets de réel, fabriquer en quelque sorte un vrai faux documentaire !
«La cour des grands» est le troisième documentaire des frères Pablof. Il fait suite à «si j’étais une fille ?» en 2008 et «extraits de naissance» en 2004.

Partenaires :

le Centre culturel Athéna dʼAuray
Le Bouffou Théâtre à la coque à Hennebont
La Quincaillerie, Compagnie Papier théâtre au Vieux Marcher
Le tas de Sable, Compagnie Ches Panses Verte à Amiens
Le CRéAM de Basse Normandie à Dives-sur-Mer
La maison des Arts et la ville de Saint-Herblain
Avec le soutien de la DRAC pour le dispositif projet artistique et culturel à lʼécole,
lʼinspection académique du Morbihan et lʼécole Joseph Rollo dʼAuray.
Avec le soutien de la Région Bretagne.

Contacts compagnie

Les frères Pablof :  lesfrerespablof@gmail.com

« 16 rue de plaisance » Stéphanie Carnet – Administration
Association 16 rue de Plaisance – 1 rue Jules Lebrun 35000 RENNES
06 27 14 84 80 / 16ruedeplaisance@orange.fr
www.16ruedeplaisance.org

Nos partenaires