Pensé comme un centre ressources pour les Arts de la Marionnette en Normandie, le CRéAM développe tout au long de l’année une démarche de médiation et d’action culturelle qui permet de sensibiliser enfants et adultes. Si vous aussi, vous souhaitez mettre en place un projet de sensibilisation à la marionnette et aux formes animées, vous trouverez ci-dessous des exemples de projets, des liens vers des dispositifs d’aide au montage de ces derniers et aussi des contacts d’artistes avec qui nous avons pu travailler.
Pour toute information complémentaire concernant l’action culturelle, n’hésitez pas à nous contacter : mediation(at)cream-normandie.com

Dispositifs existants

La Région Normandie soutient des actions d’éducation artistique et culturelle, d’accompagnement des pratiques amateurs et de développement des publics. N’hésitez pas à consulter régulièrement leur site pour découvrir l’ensemble des appels à projets.

Le Ministère de la Culture, via la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), soutient également les projets d’action culturelle. Vous trouverez sur leur site les documents concernant les différents appels à projets ainsi que le guide et le calendrier des appels à projets, et des fiches présentant des actions menées dans le cadre d’appels à projets des années précédentes.

Exemples de projets montés par le CRéAM

La marionnettiste Séverine Coulon et l’illustratrice Louise Duneton viennent au CRéAM du 7 au 18 mars 2016 pour travailler sur la création « Filles & soie », adaptation en marionnettes de l’ouvrage illustré « Les 3 contes » de Louise Duneton. Ce spectacle pour tout public dès 4/5 ans sera créé fin 2016.

Dans le cadre de leur venue, Louise Duneton travaillera tous les matins du 7 au 11 mars avec une classe de CE1 de l’école Colleville sur les thèmes « Comment on adapte un conte traditionnel en album illustré, puis l’album illustré en spectacle avec des marionnettes ? ».

Les enfants vont travailler autour de « Peau d’âne », dessiner puis créer des petites marionnettes en fil de fer et tissu à peindre. Ils visiteront aussi le CRéAM afin d’échanger avec Séverine Coulon sur son travail de marionnettiste et cette création.

La semaine suivante, Louise Duneton animera des ateliers d’initiation dans les 3 autres classes de CE1/CE2 sur le même thème.

En amont, les enseignants des 4 classes vont étudier avec leurs élèves les contes traditionnels. Sur la proposition du directeur de l’école, très motivé par ce projet, les élèves iront aussi voir « Peau d’âne » de Jacques Demy au cinéma le drakkar. Et enfin, un petit film sera réalisé par un animateur du service jeunesse dans le cadre du temps périscolaire, où les élèves joueront leur « Peau d’âne » à partir du scénario et des marionnettes créés avec l’illustratrice. Le film sera ensuite projeté sur le festival RéciDives.

Octobre 2014 à Novembre 2015

Ce projet a consisté à travailler sur la mémoire, réelle et fantasmée, de la Ville de Dives-sur-Mer, pour valoriser les habitants dans leur quotidien, avec les commerces de proximité et la médiathèque, à travers un projet artistique porté par le CRéAM, structure culturelle locale, et les artistes de la Compagnie Sans Soucis : Violaine de Cazenove, scénographe, plasticienne, Frédéric Hocké, plasticien, vidéaste, metteur en scène et Max Legoubé, comédien-marionnettiste, metteur en scène. L’objectif était de fédérer différentes ressources : humaines, associatives, commerçantes et de service public, autour d’une démarche artistique originale et de qualité pour réfléchir ensemble à l’identité de Dives-sur-Mer aujourd’hui et hier.

Première étape : D’octobre 2014 à mars 2015

Frédéric Hocké et Violaine Decazenove ont rencontré des commerçants et des habitants pour la mise en place du recueil de témoignages via essentiellement des interviews.

« Ensemble, bien réveillés, nous pourrions mélanger nos idées, vos histoires sur Dives, pour rêver une ville différente et l’investir de nos réalisations »

8 petits déjeuners artistiques ont eu lieu le samedi matin de 10h à 12h30 au CRéAM. Les 15 participants réguliers, petits et grands, ont ainsi raconté leur(s) histoire(s) sur et dans la Ville. Ils ont pu réaliser aussi des dessins et des créations plastiques. Leurs petites maisons et textes ont été exposés chez les commerçants de Dives et les « grandes maisons » ont donné lieu à une déambulation impromptue dans la ville. Une dizaine de personnes ont aussi été interviewées à domicile par les artistes de la Cie Sans Soucis.

Deuxième étape : 13 mars 2015 – 18H30

Lectures/performances de Mohammed El Khatib, Sonia Chiambretto et Julie Douard

A la médiathèque Jacques Prévert de Dives-sur-Mer devant une cinquantaine de personnes

Puis le 14 mars, les auteurs se sont déplacés à Dives-sur-Mer pour rencontrer les habitants dans la ligne de travail des écrivains « publics ». Ils se sont emparés des témoignages pour réécrire des textes, utilisés pour la finalisation du projet : la publication d’un ouvrage, qui aura lieu en novembre 2015.

Les auteurs invités travaillent ou ont travaillé sur l’identité et la mémoire dans d’autres projets.

Troisième étape : du 29 mai au 11 juillet

Une exposition Dives en tête a été installée à la médiathèque de Dives-sur-Mer. Elle présentait le processus du projet, toutes les créations plastiques des participants ainsi que les témoignages de Divais, enregistrés et mixés avec une création sonore originale sur vinyles. Fred Hocké et Violaine de Cazenove ont aussi recréé au sol, une ville de Dives en partie réelle, en partie fictionnelle, rendant visible les lieux les plus emblématiques de la ville ressortis des témoignages reçus : l’ancienne usine, les cités ouvrières, le port…
Une visite commentée par les artistes a eu lieu le 20 juin et a réuni une vingtaine de personnes.

Quatrième étape : du 25 septembre au 17 octobre

Les 3 artistes de la Cie Sans Soucis ont animé des ateliers arts plastiques avec 3 classes de secondes (dessin industriel, métallerie, hygiène environnement) du lycée Jean Jooris de Dives-sur-Mer et leurs enseignants.

Le vendredi 16 octobre, les élèves et les artistes ont installé les créations issues de ces ateliers dans divers endroits de la ville, permettant à tout un chacun de suivre une « promenade urbaine », parcours plastique et sonore à la découverte des travaux des élèves, exposés rue de l’Avenir, place de l’Ancienne Fonderie et autour de la médiathèque de Dives, le samedi 17 octobre. Une quinzaine de personnes a suivi ce parcours avec les artistes. Les élèves ont aussi assisté à une représentation du spectacle « Il faudra bien un jour que le ciel s’éclaircisse » de la Cie Sans Soucis à la Scène Nationale 61 d’Alençon le 13 octobre 2015.

De novembre 2014 à juillet 2015 / 20 élèves

Dans le cadre d’un jumelage DRAC, un projet a été mené avec la classe de 6ème C du Collège Paul Eluard de Dives-sur-Mer.

L’idée était de favoriser la rencontre entre artistes et élèves à travers une création collective et sensibiliser les adolescents à un processus de création impliquant les arts de la marionnette. Mais aussi de fédérer et valoriser un groupe d’élèves et leurs professeurs autour de la production d’une œuvre artistique transdisciplinaire (marionnette, écriture, musique et vidéo).

Menés par Max Legoubé, constructeur et marionnettiste, et Léopold Frey, musicien et compositeur, de la Cie Sans Soucis, les ateliers ont permis de faire connaître, par la pratique, la transversalité des arts de la marionnette, ici avec la découverte de la fabrication d’un film (avec marionnettes), sous tous ses aspects : écriture de scénario, création plastique de personnages, création sonore, tournage.

Les liens avec le CRéAM et le festival RéciDives ont également été développés. Les élèves et leurs professeurs sont venus au CRéAM durant toute une journée pour tourner les différentes scènes et s’essayer à la fabrication d’un autre type de marionnette. Enfin, les marionnettes réalisées pour le film ont été exposées pendant le festival et le film projeté à deux reprises (devant un total de 118 personnes) en amont des rencontres avec les artistes. Cette formule a également été proposée lors des portes ouvertes du collège le 5 juin 2015.

Mars 2015 – 30 élèves de la seconde à la terminale / option théâtre

«  Créer 3 petites formes marionnettiques à partir de livres détournés »

La petite forme nomade de théâtre d’objets, d’ombres et de création sonore « Dériverie » a été jouée dans l’établissement fin février 2015, puis 3 artistes de la Cie la Bande passante ont proposé une semaine de travail à un groupe d’élèves d’option théâtre (sortis de leurs classes).

Ainsi, du 2 au 6 mars 2015, les élèves ont été répartis en trois groupes pour une semaine banalisée : Atelier Arts plastiques et Scénographie / Atelier Création Sonore / Atelier Ecriture, Manipulation et Jeu d’acteur.

Puis plusieurs élèves de chacun de ces ateliers ont été mélangés afin de recréer des groupes avec des élèves ayant participé aux 3 ateliers pour leur faire créer de petites formes. A l’issue de cette semaine de travail, les petites formes ont été présentées publiquement au CRDP Canopé à plusieurs classes du lycée Victor Hugo.

Les trois artistes ont partagé avec ces jeunes comédiens une plongée passionnante dans la création théâtrale. A travers trois ateliers, ils leur ont offert une immersion d’une semaine dans l’univers de la création sonore, des arts plastiques, de la scénographie et de la mise en scène.

Enfin les élèves ont assisté à une représentation de « Cockpit cuisine » à l’Espace Jean Vilar d’Ifs le 24 mars 2015 et ont pu retrouver les artistes et échanger avec eux à l’issue de la représentation.

Découvrez le déroulement du projet sur le blog créé par l’enseignante, Me Robledo : http://theatrelvh.com/photos.html

Ponctuellement et pour un projet particulier porté par une enseignant, nous pouvons intervenir en classe pour présenter le CRéAM et ses activités. Et pour sensibiliser vos élèves à l’histoire et aux esthétiques de la marionnette contemporaine à travers la programmation du festival RéciDives.

N’hésitez pas à nous contacter via : mediation(at)cream-normandie.com

Quelques artistes intervenants

 

Cie Sans Soucis (Caen)

La Compagnie Sans Soucis est née à Caen en 2005, de la collaboration de Max Legoubé (metteur en scène, comédien, marionnettiste) et Alexandre Gauthier (comédien, marionnettiste). Elle se consacre principalement à la création de spectacles de marionnettes.  En 2010, la Compagnie Sans Soucis se lance dans un projet ambitieux, une adaptation personnelle et sensible de Hamlet-Machine d’Heiner Müller, pour marionnettes et formes marionnettiques. Depuis, la compagnie questionne les liens possibles entre les différentes pratiques artistiques et les arts du spectacle par la présence de l’objet à la scène.
Par cette définition élargie des arts de la marionnette, ils privilégient la poésie et l’ouverture du sens, s’appropriant l’aphorisme d’Heiner Müller : « Adieu à la pièce didactique… ».

Cie Akselere (Caen)

La compagnie a été créée en 1999 à l ‘Ile de la Réunion. Son activité principale est la création et la diffusion du spectacle vivant, spécialisé dans le domaine de la marionnette et les arts associés.
Entre 2000 et 2006, la compagnie a obtenu le soutien de la DRAC, de la région et du département de la Réunion pour créer trois spectacles, dont deux jeune-public. Colette Garrigan, directrice artistique de la compagnie est marionnettiste de formation, diplômée de l’Ecole Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières.
La compagnie est installée en Basse-Normandie depuis 2007. Depuis son implantation en Basse-Normandie, la compagnie a développé un réseau régional de partenaires institutionnels et professionnels. Elle a ainsi reçu le soutien de la DRAC, la région Basse-Normandie, le département du Calvados et la Ville de Caen.

 

Cie Toutito Teatro (Cherbourg/Caen)

La compagnie Toutito Teatro est composée de quatre artistes venus d’horizons différents (France, Chili, Réunion et Hongrie) animés par une volonté d’unir dans leurs créations leurs particularités culturelles.
Nelly Cazal, Ixchel Cuadros et Sandrine Nobileau se rencontrent à l’Académie Théâtrale de l’union du CDN de Limoges en 1999. Elles poursuivent leurs formations au Théâtre des Ailes de Budapest où elles croisent Ádám Baladincz.
En 2007, ils se rejoignent en Normandie autour d’un projet artistique commun et oriente leur travail vers un public familial en développant progressivement un théâtre visuel et gestuel où la transversalité entres les formes devient la ligne directrice.
La compagnie affirme plus avant son identité autour d’un travail gestuel et visuel et crée des spectacles sans paroles où se fondent les frontières entre le théâtre de mouvement, la danse et le théâtre d’objets.

Cie La Magouille (Rouen)

Créée en 2008, le projet global de la compagnie La Magouille est axé sur deux lignes de conduite : la défense de textes d’auteurs d’une part et la création de spectacles visuels apparentés aux arts du théâtre avec des objets ou des marionnettes d’autre part. Plusieurs personnalités l’alimentent à ce jour. Ensemble, elles mènent une recherche autour du vivant et du domaine plastique et utilisent l’acteur, la manipulation d’objets ou de marionnettes comme principaux outils d’expression.

Cie En faim de cOntes (Caen)

Créée en 2005, la Cie en faim de cOntes propose au jeune public des séances d’émerveillement sous forme d’ateliers  « cOntes et Arts plastiques » et des spectacles de théâtre ou de contes. Toujours à la recherche de différents supports et objets pour conter, elle souhaite ainsi échapper au cloisonnement.

Cie Alkime (Caen)

La Compagnie a été créée en 2008 par Kiké Gomez et Alicia Quesnel,  artistes, installés fin 2007 à Caen, ville d’attache pour l’un et l’autre. Leur travail s’inscrit principalement autour de la marionnette et du jeu d’acteur en lien avec d’autres matières artistiques comme la musique ou la vidéo. La thématique touche aux difficultés du franchissement des étapes de la vie et de la singularité de chacun. Au fur et à mesure de ses recherches, la compagnie Alkime a établi des ponts avec différentes compagnies régionales: Toutito Teatro, Théâtre Foz, Akselere, Comme sur des Roulettes et  En faim de contes.
Autour des créations, la Compagnie intervient sous forme d’atelier théâtre ou d’atelier de construction de marionnettes, en milieu scolaire : crèche, maternelle, primaire, collège, lycée et en Maison Familiale et Rurale. La Compagnie est également sollicitée pour créer des projets de réinsertion.

Nos partenaires