La caravane de l’horreur

Théâtre d’objets et de bidouilles en caravane

Laissez-vous enfermer dans une caravane froide et humide et vivez une expérience qui vous glacera le sang ! Pour cette petite forme, la Bakélite s’attaque au thriller en détournant les mécanismes de la peur et les stéréotypes du genre. Ils vont jouer un peu avec vos nerfs mais ce sont les objets qui souffriront le plus pour vous mettre dans une ambiance MORTELLE.

GRATUIT SUR INSCRIPTION SUR PLACE (dans la limite des places disponibles)

 

DISTRIBUTION

  • Mise en scène : Olivier Rannou
  • Bidouille et jeu : Alan Floc’h
  • Son : Erwan Coutant

LA COMPAGNIE

Implantée à Rennes depuis sa naissance en 2005, la Bakélite figure parmi les deux compagnies de théâtre d’objet en résidence longue à Lillico. La compagnie, dirigée par Olivier Rannou, metteur en scène et comédien, compte maintenant 4 spectacles à son répertoire : L’Affaire Poucet, Braquage, La Galère et La Caravane de l’Horreur.

À la Bakélite, il y a bien longtemps que nous avons abandonné l’idée de faire simple…C’est de la bidouille que naissent les spectacles de la compagnie. Nous voyons nos créations comme un éloge à l’inventivité et à l’ingéniosité, accessible à tous, où les ficelles sont visibles, et où le public devient complice de ce qui se passe sur le plateau.

Avec des objets ordinaires il s’agit de créer des événements extraordinaires. Grâce à l’objet, il n’y a plus de limite, tout devient possible sur le plateau. Rien n’empêche de jouer sur le rapport d’échelle, la succession de plans, la démesure. A nous les superproductions à base d’effet très spéciaux, à nous l’action, l’aventure, les épopées… Une forêt lugubre sur un coin table, trois bouteilles de produits ménagers et nous voilà à New York…

La compagnie est fortement inspirée par l’univers cinématographique qu’elle s’efforce de revisiter à sa manière pour créer une œuvre originale aux frontières du théâtre d’objet et du cinéma. Les correspondances entre les deux arts sont nombreuses, tant dans la manière de jouer avec le changement de cadre, de dimensions et de point de vue, la capacité de passer d’un lieu à un autre instantanément, l’utilisation d’effets spéciaux, la notion de champ/hors-champ, que dans l’écriture d’une dramaturgie par plans comme le fait le montage.

SOUTIENS

  • Coproduction : Théâtre Lillico, Rennes
  • Avec le soutien : Les Ateliers du Vent, Rennes ; le Théâtre de Poche à Hédé

LES +

La Cie Bakélite présente aussi « Braquage » en salle les mercredi 12 et jeudi 13. 

SOUVENEZ-VOUS

La Cie Bakélite est venue à plusieurs reprises travailler en résidence au CRéAM (la dernière fois en février 2016). Elle a également présenté plusieurs de ses spectacles sur le festival, le dernier en date étant « La Galère » en 2012.

Nos partenaires